Les "diplômés Covid", une génération sacrifiée?